CHU Rangueil : un jardin japonais en mémoire des donneurs d'organes

Actu Santé












Un lieu Zen a été choisi pour rendre hommage aux donneurs d’organes et à leurs familles./Photo DDM Anaïs Mustière


Vive émotion, hier matin, au centre hospitalier de Rangueil. Un jardin japonais en guise de lieu de mémoire en hommage aux donneurs d'organes et leurs familles a été inauguré, à la veille de la journée mondiale du don d'organes organisée chaque année par l'Organisation mondiale de la santé le 17 octobre. Au centre de cet espace, situé au rez-de-chaussée du bâtiment H3, un pont rouge. «Cela symbolise le drame vécu par la famille du donneur et la nouvelle vie de la personne qui a reçu la greffe, une transmission de vie», a expliqué Raymond Le Moign, directeur général du CHU de Toulouse. Des associations de familles et de transplantés avaient fait le déplacement. L'inauguration était un moment très attendu. «Il était temps qu'un lieu de ce type soit inauguré. En tant que transplanté du cœur, il y a 13 ans, au sein même de cet hôpital il était important pour moi d'être présent», a réagi, très touché par cet événement, Thierry Gesson, président de Midi cardio Greffes et vice-président de la Fédération des greffés cœur et/ou poumons. Dans le cadre de la loi, les hôpitaux prélevant des organes à des fins thérapeutiques sont autorisés à installer des lieux de mémoire en hommage aux donneurs d'organes et à leurs familles. «Sachant que le don est anonyme, c'est un moyen de remercier les personnes qui nous ont donné la possibilité d'avoir une seconde vie», ajoute le greffé du cœur. Marine, 21 ans, actuellement hospitalisée au sein de l'hôpital de Rangueil est descendue de sa «suite», comme elle le dit avec humour, afin de rendre hommage à son donneur du cœur. «J'ai évidemment pleuré, ce pont rouge, derrière lui c'est mon ancienne vie devant, c'est ce qui m'attend», analyse-t-elle avec philosophie, les yeux humides.

Le directeur du CHU de Toulouse a affirmé que la même chose allait être réalisée au sein de l'hôpital de Purpan.


                                                                                                                 Anaïs Mustière


Dans la presse……..

LE CONGRES DE TOULOUSE JUIN 2016

Article LA DÊPECHE


LE 5EME CŒUR CARMAT

Articles LA DÊPECHE


Haut de la page